PERE GUISSET   - LES COSCOLLES EN FRANCAIS
ON SOC ? : PERE GUISSET - 5 HISTOIRES FRANCAISES


 botů que assenyale el retorn al sumari

                          RECUEIL DES AVENTURES DES COSCOLLES
anisquare19_yellow.gif présent dans l' Internet  - Pour ouvrir la lecture bilingue multifenêtre catalan français? Cliquez Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

prťsent sur le site en francais Note de l'auteur
prťsent sur le site en francais Coscolles petits et grands
prťsent sur le site en francais Le mas de Can Coscolla
prťsent sur le site en francais Fin de trimestre pour Jaume
La sortie à l'aplec de Cornixols de mar
Bunyètes et bournyols
La photographie
Les culs nus
La colère de Manel
L'espiècle provocateur
Le barbu ou Père Noêl

prťsent sur le site en francais Un matamore à la corrida
Le diner à la campagne
Le retour de vacances
La fée au chandelier
Les voeux du nouvel an
La Coca de greixons 
On tue le cochon du mas
Le bonheur parfait n'est qu'un mythe
Conversations et contes du bord du feu
Vieux et troisième âge
La tante amoureuse

Traduction du catalan et dessins humoristiques de mon fils : Jean Pierre GUISSET



      Note   de   l'auteur 
Ouvrir la lecture bilingue multifenêtre catalan français ? Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

Les coscolles sont une famille de montagnards de notre pays catalan, ce sont des personnes, ni plus dégourdies, ni moins bêtes que les autres.! Si j'ai rassemblé les aventures qu'ont vécu les gens de Can coscolles, c'est que je crois de cela en vallait la peine pour vous qui aimez le rire.
Je crois utile de préciser qu'il ne faut pas rechercher dans ces textes autre chose que du rire, il n'y a rien de littéraire dans cette oeuvre, si l'on peut appeler ce simple recueil une oeuvre ...!
Donc nous sommes bien d'accord, rions et laissons pisser le merinos.
Mais laissez moi tout d'abord, vous présenter, les Coscolles qui nous intéressent! Les Coscolles du mas de can Coscolla...!


 

CEUX de CAN COSCOLLA 

 
Tista Coscolla Le Vieuxdans les 80 ans
Pipeta  Sa femme environ 75 ans
Noré Coscolla Le filsenviron  45 ans
QuimaSa femmeenviron   40 ans
Pere CoscollaUn Cousinne doit pas être loin de 35 ans
JaumeFils de NoréHéros de ce recueil ..10 anys

                                       

 

Les parents

 
Eleonora Jolivert La tante  70 ans
Jep dit le Barbu  Un cousín  40 ans
La Sort  épouse de Jep 30 ans
   

 

 

les amis

 
Pau Picafocs   Un voisin de Can Coscolla45 ans
Treso Picafocs  femme de Pau    40 ans
Carméta Rovell      Une voisine70 ans

    

 

  Les presques amis

 
Julia Une voisine de Noré   30 ans
GaldricUn veí d'en Noré 40 ans
EstrellaUne Fée  30 ans
Joan PintallunesUn copain de travail de Noré40 ans
Batollale photographe      50 ans
Manel le propriétaire du Mas del Raura 75 ans
Xico Un Bucheron    60 ans




LES COSCOLLES EN FRANCAIS  - Le Mas  de Can COSCOLLA     
ON SOC ? : PERE GUISSET - 5 HISTOIRES FRANCAISES


 botů que assenyale el retorn al sumari

     LE  MAS  DE CAN  COSCOLLA
Ouvrir la lecture bilingue multifenêtre catalan ? Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

    
 
Le mas de Can Coscolla, c'est un mas dans notre montagne, vieux, joli, pittoresque,blotti à l'ombre d'un énorme tilleul. Au dessus du tilleul planté par l'ancêtre des Coscolles, Felip, il y a de cela un siècle et demi, une fontaine clapote
en dessous du mas, il y a, quatre terrasses de terre à champs et à jardin. Plus loin, se trouve un bout de vigne, malingre et maladive au point de produire ses derniers raisins.
Tout prés du mas de Can Picafocs, s'étend
une châtaigneraie, un bois de chênes et de chênes lièges que personne n'entretient, à un point tel qu'un jour ou l'autre il se verront incendiés.
C'est dans ce cadre que nombre de Coscolles sont nés et ont vécu..

Aujourd'hui, le mas est quasiment abandonné, plein de mauvaises herbes envahit d'orties et de ronces. Y vivent encore,le grand père Tista Coscolla et sa femme, la vieille Pipeta, peinant sous le poids des années, attendant l'heure où Saint Pierre voudra bien leur ouvrir la porte.
Ils ne s'inquiétent plus de rien, ils s'accommodent de vivre avec le coeur gros et une larme à loeil. Le grand père, maudit la crise qui a fait de son mas une ruine et les années qui ont fait de lui, ce petit vieux.....une autre ruine.
La grand mère Pipeta, passent ces journées, supportant le grand père, la chaleur de l'été ou  le froid de l'hiver, sans broncher, sansune plainte, sans une paraule ni un geste de revolte ou mauvaise humeur.!
Une sainte femme !!
Le  mas ! n'est  plus le mas Coscolla d 'il y a trente ans, plein de vie, de bruit, de chants des coqs, des grognements des porceaux, du tintement des clochettes des boucs, des cloches des vaches, des aboiements des chiens, des cris des petits Coscolles jouant sur le parvis, des chants et les coups des haches de quelqu'un du mas faisant son bois.!
Ce n'est plus ce mas, rieur, fleurit, enchanteur, crâneur, en vogue, avec ce rosier grimpant accroché sur son muret un pot de fleurs à chaque fenêtre ou volet ! Même jusqu'aux alentours du fumier une main Coscolla avait planté des oeillets.
Tout ceci, c'est du passé, un passé qui ne reviendra jamais ! Le rosier est mort, et personne n'a à coeur d'en planter un autre, les oeillets ont disparus et font depuis des années la place aux genets sauvages.
Les coqs, les poules, les cochons, les brebis, les vaches, les petits Coscolles, les bûcherons, ne reviendrons jamais ! Seul un vieux chien,prend le soleil, pour chauffer ses rhumatismes, un vieux chien qui 'a même plus la force d'aboyer.!
Un page est tournée,une époque nouvelle est en marche, d'un marche si rapide que nombreux sont ceux qui comme Tista ne peuvent la suivre et vivent avec les souvenirs du passé!
J'ai bien peur, que bientôt, nous ferons tous comme le vieux chien de Can Coscolles, nous finirons par nous poser au soleil et nous attendrons la mort comme une liberation salvatrice.



LES  COSCOLLES , PETITS ET  GRANDS           Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

                              vous pouvez cliquer sur un personnage pour retrouver son portait ..!
    Nous savons donc, que les vieux Coscolles, Tista et Pipeta vivent au mas, Can Coscolla, en attendant la bonne grace de Saint Pierre.
    Leur fils, en Noré, avec sa femme Quima et leur fils Jaume un petit démon de dix ans, victimes de l' évolution des modes de vie de la société actuelle, victimes du mal être des paysans, vivent à ......... le lieu nous importe peu !
    C'est un village de quatre ou cinq mille habitants qui pour la plupart ne sont pas catalans, un bon quarante pour cent sont nés au dessus de Salses! pourcentage qui chaque jour augmente, du fait que nos fils et nos filles doivent aller vivre dans les brumes du Nord et qu'une population venant d'au delà de Salses s'installe plus largement ici.... au soleil de notre pays  !
    Il y a aussi, le cousin Pere, Pere Coscolla, un fils du frère de Tista, Jep est mort à la guerre de quarante! Pere vit à la ville......il vit à Perpignan
    Ces six Coscolles, sont les Coscolles connus à ce jour !
    Essayons de faire plus ample connaissance avec eux !

 


                    NORE   COSCOLLA        Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

     

    Noré, est un bon garçon, d'une quarantaine d'année! peut être un peu..... un peu.....enfin,il n'est pas trop .....trop....bon, sachez que ce n'est pas un intellectuel...!
    C'est un garçon dégourdi pour tout ce qui du domaine du manuel. Il sait tout faire et fait tout ! il a des doigts de fée !
    Mais s'il doit réfléchir, s'il doit essayer de comprendre quelque chose, à tous les coups, le pauvre Noré se met au lit avec une grosse fièvre...!
    Dans sa jeunesse, Il fut un paysan habile et vaillant, c'est aujourd'hui un bon ouvrier, un ouvrier qualifié, qui par malheur, sera peut être comme tant d'autres, un chomeur demain ...!
    Bon mari pour Quima, bon père pour Jaume et bon fils pour le vieux Tista et la vieille Pipeta, Noré a un petit cerveau, mais un gros coeur !
    Il est catalan ! catalan avant tout...!



      QUIMA COSCOLLA         Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ


Quima, femme de Noré, n'a connu et ne connaîtra sans doute jamais que Noré !
C'est une femme au foyer, économe, travailleuse, propre et bonne cuisinière !

De forte corpulence, au caractère bien trempé, un peu revêche, faisant marcher Noré tambour battant. Elle crit, crit..... mais ne mord jamais! Elle rouspète toujours après le pauvre Noré et pourtant son mari est pour elle , le Bon Dieu qui fait la pluie et le beau temps !
Elle peut dire ce qu'elle veut à Noré, mais je ne vous conseille pas d'essayer de lui dire une parole de travers, vous ne serez pas inspiré, Quima protectrice vous tombera dessus avec tous les noms d'oiseaux de la terre...!

Il n'y a que devant une seule personne, devant qui elle baisse la tête et baisse la voix .... c'est devant son fils, Jaume, son  déchaîné de dix ans



                 JAUME COSCOLLA   Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ


Le fils de Noré ! dix ans ! ce coscolla là, je vous le recommande ! celui ci il promet !
Si vous cherchez une " "croûte " ce que l'on appelle une "croûte " ! pas comme de ces petits diablotins comme il y en a tant , NON ....NON , lui il est de ces indomptables, qui assurent grave et sont impossibles à maîtriser ! Eh bien vous l'avez trouvé....... le voilà !
Celui là, Dieu seul sait comment il finira, en débutant d'une façon aussi catastrophique
C'est pas qu'il soit un mauvais gamin ! mais c'est un enfant de notre époque, totalement décontracté, désinvolte, de ceux qui ne se plient devant aucune autorité, qui semblent se moquer du tiers comme du quart des choses, un marginal en herbe, déjà insupportable aujourd'hui. !
C'est le style qui semble ne pas réfléchir,mais qui discute comme un adulte, avec beaucoup de bon sens et dans un langage le plus souvent bien fleuri. !



TISTA  COSCOLLA   et  ROSQUILLA       Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

Le patron actuel du mas de Can Coscolla !du mas ...enfin de ce qu'il en reste ! C'est un irascible vieux qui ne peut ou ne pourra jamais digérer la déchéance des ans, il ne pas supporter de voir son mas à l'agonie et lui, à l'approche de rendre son dernier souffle.
De ce fait il cours toujours la beret de travers,renfrogné, de mauvaise humeur, maudissant le Bon Dieu, les hommes et l'univers entier.
Il n'aime personne, car il ne s'aime pas lui même! La vie l'a souffleté et l'orgueilleux Tista de Can Coscolla, en a toujours eu la joue rouge.

Sachez pourtant, que par moments une lueur d'amour passe dans ses yeux...C'est quand il a devant lui son petit fils Jaume !

 



                      PIPETA COSCOLLA     Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

La grand mère  née Pipeta Julibert, petite jolie, calme, aimant tout le monde, aimant tout, porte une véritable adoration pour Jaume.
Elle a toujours vécu dans l'ombre du grand père Tista, elle n'a jamais eu droit au chapitre, sinon pour travailler et la fermer. ! Elle n'a jamais été maîtresse d'un seul de ses sous, cette pauvre femme n'a connu que du dégoût en lieu et place des plaisirs, et pourtant un sourire illumine en permanence son visage.!
Elle parle sans bruit, marche sans aucun bruissement, et traverse la vie sans tourment!
Si elle sait câliner, si elle sait donner des petits baisers, elle ne sait pas, ou n'a jamais su se faire respecter.

Quand elle sera morte, probable que personne ne se rendra compte qu'elle n'est plus là tellement personne ne se rend compte qu'elle vit aujourd'hui au milieu des siens.!



 PERE  COSCOLLA     Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

Pere Coscolla, le cousin, est l' intellectuel de la famille Coscolla. Il a son certificat d'études, et a été à l'école jusqu' à quatorze ans ... voyez la différence !
Il fait du commerce, il vend et achète, travaille peu mais il gagne peu!

Il est plus rusé que les renards, il ne se souvient qu'il est un Coscolla, que lorsqu'il a besoin des Coscolles!
C'est un célibataire, ne tenant pas à se marier de peur d'avoir à entretenir un femme.
Il a de ce fait, les mille et une manies des célibataires endurcis..!
Il a du mal à admettre que son ancêtre sorte de Can Coscolla, ce garçon est comme tout ceux, et ils sont nombreux, qui ont honte de leurs origines familiales.!




   Note de l'auteur    Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ


Je ne sais si vous vous êtes fait une idée des Coscolles ! Je ne sais si vous vous représentez cette famille telle qu'elle est réellement !

Quoi qu'il en soit, dans quelques temps, à force d'aventures et de blagues que je vous raconterai, vous serez familiarisés avec eux, alors seulement vous pourrez vous faire un portrait plus exact de nos amis, car vous pouvez me croire, ils seront très vite de vos amis, comme ils sont devenus les miens!

 


  
  - LES COSCOLLES EN FRANCAIS  - LE   MATAMORE -
ON SOC ? : PERE GUISSET - 5 HISTOIRES FRANCAISES


 botů que assenyale el retorn al sumari

UN MATAMORE À LA CORRIDA Apprentissage du CATALAN - Ouvrir une fenÍtre de lecture bilingue ? cliquez En savoir  plus  sur le fenÍtage bilingue ? -  CLIQUEZ

"Noré Coscolla fut invité à un grand banquet début août, par les "Amis de l'air frais", une société écologique de Céret.
"Il y a longtemps que Noré et ses amis font partie de cette association. Ses amis sont Pep Pintallunes, Joan Espatllat, Galdric Crostadepà et d'autres.
C'est une bande de bons vivants, grands rieurs et grands buveurs devant l'éternel.
"Quima étant malade ce jour-là, Noré fut obligé d'emmener, non de gaîté de creur bien sûr, Jaume, son polisson de fils, un garçonnet espiègle le dix ans.

"Repas sensationnel !" Service ? Impeccable! Des serveuses avec des seins comme des melons, décolletée~ jusqu'au nombril, plaisantes à l'reil et lestes comme pas une.
"Le vin ? Un nectar ! Quelque chose de sélectionné, comme on n'en boit qu'une paire de fois dans sa vie.
"Cela se finit bien sûr en farces et en chansons. "Malheureusement il y avait, à cinq heures de l'après midi, une corrida! Pas une corrida, à vrai dire: une charlotade avec des vachettes et un taureau boulé pour les amateurs.
"Il ne fallait pas ça, après un repas comme celui que venaient de faire Noré et ses amis. Ils n'avaient nul besoin d'aller faire les matamores dans les arènes! Repas et corrida, ça ne va pas ensemble,comme on verra.
"Pere Coscolla, la vieille Pipeta et Jaume viennent voir Noré à la clinique, à Perpignan. Ils sont devant un café.

Pipeta : Dans ces cliniques on ne peut venir que contraint et forcé. Voir toutes ces misères! Je plains le pauvre Noré
.
Pere : Vous savez ce qu'on va faire ? On a un quart d'heure avant l'autobus: on va boire quelque chose de frais. (Ils s'assoient).
Que voulez-vous ?

Jaume : Moi, quelque chose de fort. Voir mon malheureux père dans cet état m'a tout remué.

Pipeta : Qu'en penses-tu, Pere ? Je n'aime pas du tout savoir Noré pendu par les pieds à un clou et avec des tubes partout: dans le nez, dans l'oreille, au bras! Et le voir avec des pansements partout, ça me brise le creur. Je ne suis pas du tout tranquille !

Jaume : Ma mère dit qu'il n'est pas mourant. Qu'il n'a reçu que des coups ici et là, qu'il a des trous et des bosses. Et puis il l'a bien cherché, il n'est pas à plaindre!
(Pipeta parle à l'oreille de Pere).

Pere : Au fond du café, à gauche.

Pipeta : Bien! (Elle sort. Pau de chez Picafocs passe devant le café).

Jaume : Tiens. mais c'est Pau. (Il appelle) : Eh. Pau !

Pau: Que faites-vous donc à Perpignan ?

Pere : Tu ne sais pas ? Noré est à la clinique. Il est peut-être estropié !

Jaume : Oncle Pere. j'ai l'impression que vous en rajoutez. C'est l'affaire de trois ou quatre jours de clinique tout au plus.
Il reviendra tout rafistolé et prêt à faire à nouveau le toréador !

Pau: Le toréador ? Noré est devenu toréador ?

Pere : D'occasion. seulement. Il y avait un taureau boulé aux arènesde Céret. et Noré a parié qu'il irait prendre le pompon et la cocarde au taureau !

Jaume : Disons que mon père a voulu faire le matamore.

Pau: Il est descendu dans l'arène ?

Pere : Ben oui! Il faut dire qu'il était saoul plus qu'à moitié. Il venait de banqueter.

Jaume : Comment. à moitié ? Tu me feras rire. Il était tellement rond qu'il ne savait plus s'il était à Céret à la Saint-Ferreol ou à Figueres à la Sainte-Croix ! À moitié! Il était rond comme un potiron. oui! Il avait une cuite de calibre supérieur. oui !

Pau: S'il est descendu c'est qu'il n'avait plus sa tête. c'est évident.

Jaume : Le vin débordait par l'oreille. oui! Je sais ce que je dis. j'avais mangé avec eux! Une bouchée. deux verres de vin!
Et quel vin! Un vin de treize degrés. Ah. il avait bien son compte !

Pere : On m'a dit que pourtant il savait encore ce qu'il faisait. Il était descendu,-mais il restait derrière la barrière. Il n'arrêtait pas d'exciter le taureau. mais lui il restait coi et à l'abri.

Pau: Il n'était pas bête! Ce devait être un taureau méchant ?

Jaume : Il était fou. fou! Il crachait le feu! Un taureau de cinq ou six cents quilos, il faut pas croire! Un dos grand comme un terrain de football, un cou effrayant, des cornes d'un mètre !

Pau: Et malgré cela Noré est descendu ? Il n'a peur de rien, ce Noré !

Pere : Galdric Crostadepà, son camarade, l'a aidé à se dresser devant le taureau. D'un coup il l'a poussé hors de la barrière !

Jaume : Le public, quand il a vu Noré debout sur la piste, a crié :
                                          "Mais c'est Coscolla ! C'est Coscolla ! Vas-y, Noré, ne flanche pas !"

Pau: Et Noré n'a pas flanché ?

Jaume : Tu le connais, Pau ? Tu sais comment il est, mon père ? Il est fier, orgueilleux comme les Coscolles, il faut qu'il fasse le malin, le matamore! Et les gens, les gens qui applaudissaient et qui criaient:                "Noré ! Noré"
Comment aurait-il pu reculer ?
 
Pau: C'est alors qu'il a reçu ?

Jaume : Non. Noré est un Coscolla jusqu'au bout des doigts. Alors il a ôté sa veste et, la tenant à bout de bras, il s'est mis en position de toréer. Et, d'abord, cela ne lui a pas mal réussi. À la première attaque du monstre rageur, aux narines fumantes, Noré fait un écart en arrière et la corne n'emporte qu'un morceau de veste. L'homme était toujours debout! Épouvanté, mais debout !

Pau: Et alors, il a recommencé ?

Jaume : Je te dis qu'il était ivre, ivre de vin et encore plus des cris du public. Les olé et les applaudissements n'arrêtant pas.

Pau: Et tu n'aurais pas pu aller le tirer de ce mauvais pas, toi, Pere ?

Pere : Mais je n'y étais pas, moi, à la corrida !

Jaume : Tu y serais allé, toi, farceur, arrêter Noré Coscolla quand il y a mille ou deux mille personnes qui crient:
     "Noré, Noré, ne flanche pas! Prends le pompon, prends la cocarde! Noré, Noré !Tu es le numéro un !"


Pau: Il a essayé de la prendre, la cocarde, entre les cornes ?

Jaume : Bien sûr ! Le malheureux, la tête enflée par tant de cris, les yeux de plus en plus troublés par la boisson, il a excité de nouveau la bête, et cette fois il a fait son écart du mauvais côté !

Pau: Et alors il a reçu !

Pere : Et comment! La preuve, il est à la clinique !

Jaume : Il a été anesthésié, projeté, blessé à la tête, pulvérisé! Il a volé jusqu'au troisième rang du public !

Pere : Du public qui continuait à crier: "Olé! Olé !"

Pau:
Il est très amoché ?

Pere : Non, il a seulement quelques côtes cassées, une jambe bleue comme un foie, les pieds tournés à l'envers, une fracture du crâne, les yeux au beurre noir, les lèvres enflées et des contusions partout !
 
Jaume : À part ça, tout va bien !

Pau: Et la cocarde ?

Pere : Quoi, la cocarde ?

Pau: Il l'a eue ou pas ?

Jaume : Après le numéro de haute voltige de Noré, on a trouvé la cocarde dans sa bouche. Il y en a qui disent qu'il l'avait arrachée avec les dents !

Pau: Avec les dents! Je suis sûr que personne avant lui ne l'avait fait. Donc, il avait gagné !

Jaume : Oui, il avait gagné quelques jours de clinique, une veste toute neuve qui était inutilisable, les olés et les applaudissements d'un public ravi. Maintenant, lui il gémit et 1es autres rient. Voilà comme Coscolla fait le matamore !

Pere : Dans la vie, malheureusement, c'est pareil. Sans avoir besoin de faire le matamore, si vous n'avez pas de chance, le des
tin vous fait sauter sur les cornes du taureau, comme Noré, Plus vous êtes traîné par terre, plus vous faites des numéros de haute voltige, plus vous recevez de coups, plus le public, même vos amis et vos parents, rit et applaudit. Et à chaque attaque, à chaque coup de corne, vous avez droit à des olés de satisfaction.
Quand vous aurez assez reçu, quand vous serez aplati comme une feuille de papier, tout le monde vous plaindra. Et tout le public suivra un autre malheureux que la vie fera courir et sauter, anesthésiera, pulvérisera et enverra au troisième rang du public.

Un public qui continuera à crier" olé! olé! olé".

retour debut de l' histoireretour haut de pageRetour au menu principal


  - LES COSCOLLES EN FRANCAIS  - LE   BULLETIN TRIMESTRIEL -
ON SOC ? : PERE GUISSET - 5 HISTOIRES FRANCAISES


 Retour au menu principal


                                   LE BULLETIN TRIMESTRIEL

Farce de Pere Guisset

Personnages

NORé Coscolla. : le père      40 anys
QUIMA :. :              la mère      36 anys
JAUME : :              le fils         10 anys

L'action a  lieu dans la salle de séjour, QUIMA a entre les mains le bulletin trimestriel annoncant les notes de Jaume


Jaume:
Quand elle verra celui-ci ! Ma mère ne me dira plus qu'il n'y a pas un âne plus grand que moi !

 

QUIMA:   Jaume, viens par ici !
JAUME : Qu'y a t-il?
Je veux voir si vous me laisserez le temps de goûter!
                 Qu'est-ce que te manques encore?
QUIMA :  J'ai reçu une lettre de ta maitresse d'école, la demoiselle
Estrigol !

JAUME :
Qu'est ce qu'elle a ? Qu'est ce qu'elle a cette "tic-tic" ?

QUIMA : 
 Comment tu parles JAUME? Pourquoi dis tu que c'est une tic-tic?

JAUME : Parce que que c'est une emmerdeuse! un tic-tic comme on dit nous!

QUIMA :..Elle m'a écrit en envoyant ton bulletin trimestriel ! Elle dit tout d'abord, que tu es un "croute", un insupportable!

JAUME :  Eh elle alors ! elle n'en est pas une d'insupportable! Il faut que tu saches qu'en plus de passer son temps à me poser des questions sur tout et sur rien, elle veut que je réponde malgré que je n'en ai pas envie ! Je ne sais pas d'où ils l'ont sorti cette ignorante
Elle
ne sait pas quoi que ce soit, nous devons tout lui dire ! Crois tu qu'elle sache combien font, sept multiplié par cinq ? Elle ne le sait pas !! elle nous le demande parfois jusqu'à dix fois !!,
Moi, même si je le sais je
ne lui dis rien, parce que le lendemain, elle ne se rappelle plus! , elle nous le demande à nouveau, soit à Jean à louis ou à n'importe lequel d'entre nous....!

QUIMA : Ne dis des sottises JAUME:! l'ignorant c'est toi! Sais tu ce qu'elle dit encore ta maitresse?

JAUME : Quelques autres grosses conneries plus grosses que notre clocher! Je la connais assez maintenant ?

QUIMA :.Elle dit que si tu continues à apporter à l'école, des sauterelles, des lezards ou des araignée pour effrayer les filles, elle te mettra dehors de l'école!

JAUME : Dehors de l'école!
Que ce moment vienne.... mais elle ne le fera pas ! Ne t'inquiète pas! si elle me met hors de l'école, qui va faire l'idiot pour la distraire et la faire rire?

QUIMA :.
Parce que tu crois que la fais rire? Crois tu que je te fais aller à l'école seulement pour faire rire la demoiselle Estrigol ?

JAUME :
  Il est vrai! je vois bien son manège ! Elle fait celle qui est en colère, elle crie, fait comme si elle allait me mettre une beigne, une grosse bouffe, mais je vois bien qu'intérieurement, elle rigole. Elle me met au coin un quart d'heure ou deux et les vêpres sont dites ! Après ça nous n'y pensons plus  ni elle ni moi...!

QUIMA :.
Elle m'écrit aussi que souvent, tu te bats avec les uns ou les autres,   et encore hier ou tu as faillit estropier Galdric!

JAUME :   hep , hep hep! peut être qu'elle  va en mettre un peu trop la demoiselle!    Je lui ai mis une toute petite gifle    sur le nez à Galdric .....il n'y avait pas de risque de l'estropier !

QUIMA :
Une toute petite gifle de rien du tout.... dis tu ! Mais il a eu quand même le nez en sang et personne ne pouvait l'arrêter !
JAUME :
Que veux tu, si en plus, je ne connais pas ma force.... , peut être ai je eu tors de lui mettre la toute petite gifle avec la main fermée

QUIMA :
Pourquoi te bagarres tu   avec Galdric ? Je pensais que c'était un bon ami à toi

JAUME :
Si c'est  la vérité, nous étions vraiment de bons amis, mais  tu sais maman , quand les filles s'en mêlent tout tourne mal ! C'est la faute de Rosetta, cette sotte,elle est aller dire à Galdric qu'elle sortait avec moi !

QUIMA :
Rosetta?  cette merdeuse de neuf ans ?

JAUME :
Comment neuf ans ? les femmes vous faites très vite pour oublier quelques années au passage! Elle en a dix Rosette...... dix ans bien sonnés....!

QUIMA :
  Neuf ou dix, cela n'a pas grande importance.!

JAUME :
Si. c'est comme toi chaque fois que tu dis que tu as trente ans et que tu approches de la quarantaine! Et la demoiselle tic-tic fait la même chose elle s'arrange pour en cacher cinq ou six

QUIMA :
   Pourquoi dis-tu tic tic de ta maitresse? una maitresse d'ecole doit être respectée!

JAUME : Pour ce qui est de la respecter, je la respecte! ,je ne lui jamais rien dis de travers!

QUIMA :
 Il ne manquerais plus que ça !

JAUME :  Tu peux croire qu' il y a des fois que ma patience est un peu à court, dans ces moments là, je l'enverrais bien à la foire !
Je l'ai toujours sur le dos ce bourreau ! on n'entend en permanence que cela JAUME : As tu fait tes devoirs JAUME : par ci JAUME :  par là ! je te dis tout net que je ne sais ce qui me retient  de lui dire, " mettez vous le ......"
 
QUIMA :
   Veux tu te taire ...! Sache que si un jour cela t'arrives, si un jour tu insultes ta maitresse, Ce jour là il vaudra mieux que tu ne rentres pas à la maison ! Parce que ce jour là,..... ton père te tordra le cou....!

JAUME : Que va t' il y gagner ! S'il me tord le cou, il devra ensuite réparer les dégats

QUIMA : Tout ce que je sais moi, c'est que pour  arranger le tout je dois aller demain rencontrer ta maitresse....!

JAUME : S'en n'en vaut pas la peine maman.... tu n'en tireras rien, elle ne comprend rien, elle est hors circuit... elle ne sait, ni ne saura jamais arranger les choses , elle est irrécupérable..!

QUIMA : 
Il a également, avec la lettre, le bulletin de tes notes du trimestre ...!

JAUME : il vaut mieux que tu les ignores, fait l'impasse laisse tomber ! Parce que là, le sang risque de faire plus qu'un tour et cà te feras du mal. Rappelle toi que tu as beaucoup de tension, et que pour peu de chose tu peux tomber malade, économises toi cela !
Mets donc ce bulletin au feu , ce sera toujours ça de gagner, et ce sera pour toi un coup de sang de moins !

QUIMA : ce doit être quelque chose de frais ! Il doit y avoir à boire et à manger...!

JAUME : Sache que l'on ne peut pas se fier aux notes de ma maitresse!  je t'ai toujours dit qu'elle ne peut pas me voir, elle n'a jamais apprécié les lézards et les araignées

QUIMA : Mais .....JAUME.....???? ,  je vois uniquement des zéros sur ton bulletin !

JAUME :   Oh non, oh non, il ne faut pas dire des mensonges! il faut dire la vérité! il n'y a pas QUE des   zeros, il y a. aussi un 2 et un 1 et si tu tournes la feuille tu verras ........

QUIMA : Eh bien, quand ton père va voir cela, les châtaignes tomberont grillées du châtaignier! et sa boite à gifle s'ouvrira toute seule

JAUME : Mère, je vais te dire quelque chose, si tu gardais cela pour toi,  je pense que nous eviterions une mauvaise corrida dans la maison! j'ai peur de tout cela !  Certain que mon père sera trés en colère!  Une colère qui lui fait habituellement cracher le feu de toutes parts !

QUIMA:  Tu n'as pas honte ? tu n'as pas honte d' être aussi fainéant !

JAUME : Je ne suis pas fainéant, il n'est pas question d'être fainéant, Non maman, c'est que je suis une forte tête!         Ce n'est pas la même chose ce n'est pas de ma faute si je suis une forte tête!
Vous
portez une grande partie de la responsabilité, toi et le père !

QUIMA J'entends ton père qui arrive! Crois moi que cet homme ne sera pas radieux lorsqu'il verra tes notes, je le vois dèjà s'envoler aux cieux en chantant d'allegresse!

JAUME :   Je ne sais pas si mon père chantera, mais ce que je sais, c'est que moi, il me fera  plutot valser et en plus toi tu en entendras de toutes les couleurs car il te chargera au maximum!
Il me semble l'entendre ! Il te dira: "mais comment m'as tu fait un raté pareil ! Tu as sans doute oublié de lui mettre un cerveau ! il n'est pas encore fini ce garçon. Sur ce point, il te ressemble assez ! Il n'a rien des Coscolles ! " Sans s'arrêter là..... il t'en racontera bien d'autres! Tu ne te rends pas bien compte de tout ça maman ?

QUIMA : Moi Jaume, Je ne comprends pas, comment à l'école tu es aussi désastreux. Alors que dans le quotidien tu raisonnes très bien, avec beaucoup de bon sens et d'intelligence!
Tout bien réfléchit, peut être as tu raison, je ne vais rien lui dire !
        
NORÉ (entrant) Bonjour Quima! ! bonne journée Jaume! Tu as déjà goûter Qu'est-ce que c'est que cette lettre Quima ?

JAUME:   Bon...!, c'est déjà mal barré, au lieu de parler tant, il valait mieux qu'elle l'ait cachée on aurait économisé une bonne migraine!

NORÉ :    Jaume qu'est ce que tu marmonnes..... qu'est ce que tu dis?

JAUME :   Je dis rien! Rien qui ait de l'importance! Je dis que, dans peu de temps, ça va être ma fête!

 NORÉ : Qu' est ce qui se passe? quelle tête tu me fais Quima ? Nous avons reçu de mauvaises nouvelles?

JAUME : Eh bien,  je vous laisse ! vous réglerez cette question tous les deux! Moi je vais jouer avec mon copain

Baldiri qui m'attend dans la rue!

QUIMA : Non JAUME, Baldiri peut t'attendre !  vous jouerez après!

JAUME : Après! peut être que je n'aurai pas beaucoup envie d'aller jouer avec Baldiri!

QUIMA : Voilà Noré, tu as ici les notes de ton garçon à l'école Tu me diras ce que tu en penses !

NORÉ
:  Que tu n'as pas bien travaillé JAUME?

JAUME :
,Tu sais papa, je vais te dire clairement! - J'ai fait ce que j'ai pu, mais malheureusement, je fais comme toi, je peux pas beaucoup, je suis un Coscolla que veux tu !

NORE :
   Que dis tu ? Crois tu que nous les Coscolles nous faisions autant de provisions de zeros ?
Sache que moi
.......

QUIMA
Toi! tu faisais comme lui!

JAUME : Tu Vois, je ne lui fais pas dire! tu sais quoi , laissons courir tout ça homme! parce qu'à la suite de çà nous allons tous deux nous quitter fachés, toi et moi!

 NORÉ : QUIMA, commence à baisser ses culottes à ce garnement et porte moi le fouet

JAUME :   Et toi maman, tu ne diras rien? Tu me laisseras taper sur les fesses avec le fouet du grand père TISTA
         Quelle mère êtes-tu? et tout cela, parce qu' il y a quelques zeros! Chose qui ne veut rien dire, du fait qu'elle les distribue à la volée les zeros cette becasse  de demoiselle

QUIMA :
Je ne sais pas où est le fouet du grand père !

JAUME :
  Ne cherche pas, Dieu sait où il est ce fouet!

NORÉ :  Il a raison! Je me servirai de la ceinture! Pour chaque zéro dix coups de ceinture sur les fesses! et comme il n'y a que des zéros, il n'a pas fini de tendre son derrière!

JAUME :  Turututut! Turututut!  Ne nous embrouillons pas, il n'y a pas que des zeros .....il y a un 1 et   un  2 ! et si tu tournes la page comme je l'ai déja dis à maman, tu pourras voir un 18 !

QUIMA : Un dix-huit? mais je ne l'avais pas vu!

JAUME :   Si tu ne vois que ce qui est merdeux !.... tu rates le plus beau, l'important,  qui se trouve être au-dessus du panier,
ta femme doit avoir lunettes noires! car elle ne vois rien !

NORÉ :    (tournant la feuille) et c'est vrai! ! il a un dix-huit!
JAUME :   Crois tu que je mentes ?, Non mais...  il y a plus d'un mois qu'il est là et bien là !

QUIMA :  Pourquoi tu n'as pas dit que tu avais un dix-huit?

JAUME :
  C'est qu'il n'y a pas moyen de dire un mot avec toi! C' est toujours toi qui parles!

NORE  :
    C'est dans l'étude des langues qu'il a son dix-huit!

QUIMA :
  Il a un dix-huit en anglais? Tu vois quelle tête il a notre Jaume! !

JAUME :
  Qu'est ce que tu va chercher avec ton anglais ? Qu'avons nous a en faire de l'anglais?

NORÉ :   Le Dix-huit est en catalan! Il est le premier en langue catalane!  Viens ici que je te fasse une bise!
Ce Dix-huit vaut bien un bibi!

JAUME :  Cela supprime tous les zéros qui étaient là .....Dis le à  la mère!  Tu peux ranger la ceinture maman! Le père n'en a plus besoin; maintenant, je pense que je peux aller jouer avec Baldiri! Je l'ai bien mérité!

NORÉ
:   En plus , je te donne cinq euros, ça vaut bien çà , je peux te dire que tu es un veritable Coscolla!

JAUME :  Un dix-huit, cinq euros ! Je pense père que tu te ruines pas avec un tel effort!
Dix-huit en catalan, mériterait au moins,
en comptant très juste, au moins un zéro  de plus placé à droite de ton cinq euros  çà devrait valloir 50 euros ou rien Et, croyez-le à 50 euros, ce serait presque un cadeau !

FIN

Pere Guisset

 

 

retour debut de l' histoireretour haut de pageRetour au menu principal

 
  - LES COSCOLLES EN FRANCAIS  - RETOUR DE VACANCES      - 31 12 2008
ON SOC ? : PERE GUISSET - 5 HISTOIRES FRANCAISES


 Retour au menu principal

Pour la première fois, Nore COSCOLLA et son épouse,QUIMA,
profitant que Jaume, leur fils, le petit dernier des Coscolles était au mas,avec ses grands parents, ont pris quinze jours de vacances!
Ils ont été faire du "campinge" comme dit Noré, comme deux tourtereaux!
Presque tout le monde d'aujourd'hui fait du "campinge"
Quima ne pouvait plus voir une fois de plus ses amies , ses voisines partir, , prendre des vacances ici où là .....sans avoir une crise d'urticaire parce qu'elle devait rester à la maison....!
Peut être que ces "m' as tu vu" devaient croire que les Coscolles ne pouvaient pas se payer de vacances !
Peut être croyaient t elles que les COSCOLLES étaient des attardés au point de ne pas être capables d'aller en "campinge," nous allons leur faire voir!
Aussitôt  dit aussitôt fait.... tente de camping neuve! nouveaux sacs de voyage! matelas en plastique sortant du magasin! des vêtements originaux et de circonstance pour les vacances...!
Pour Noré, une chemise à fleurs de toutes les couleurs et des culottes de corsaire verte sur une jambe et rouge sur l'autre !
Vous pouvez vous imaginer s'il était élégant le Noré! Pour Quima, un simple vêtement en crépon, tenue par deux morceaux de cordons sur les épaules, un vêtement de couleur aubergine, légère comme une feuille de papier transparent, de sorte que l'on devine ses dessous bleu et jaune!
Sachez que Quima n'aurait pas osé sortir de la maison déguisée de la sorte , mais quand il le faut, il le faut, surtout que les voisines étaient dans la rue, elle ne pouvait plus reculer...! Vous auriez du voir la tête des voisins, hommes et femmes quand ils virent sortir de la maison, Noré et Quima !
Ils étaient vert...tous les voisins étaient vert.....!


Toutefois aujourd'hui... il en va différemment au moment où Noré et Quima reviennent de leur séjour de quinze jours de vacances....!

Quima et Noré arrivent furtivement, chargés de sacs et de valises, Noré fatigué, se laisse tomber sur une chaise.


  scène 1 NORE  -QUIMA

Noré- Eh bien les gars! il me tardait de rentrer à la maison!
Quima- Crois moi Noré je pense que je m'en souviendrais de ces vacances.
Noré- Moi aussi, j'ai les pieds enflés comme deux citrouilles, et en plus j'ai ramassé un catarrh e de première classe! un de ceux qui vous ne quittent pas de toute l'année.

Quima - Tu peux me croire Noré crois que je suis heureuse de me retrouver enfin ici! On n'est jamais aussi bien que chez soi

Noré - Sachant cela, tu as voulu aller faire du "campinge", comme deux jeûnots, et déguisés de telle façon que nous  nous faisions peur mutuellement.

Quima - Bien sûr, je voulais faire comme tout le monde! Les voisins y vont bien en vacances eux ! et ils y vont tous les ans! Nous, c'est la première fois!

Noré -C'est ça ! la voici la cause! Aujourd'hui, il faut avant tout faire plus que les autres, il faut plus grand, plus riche, il faut " péter" plus haut et plus fort que les autres.

Quima - Toi alors tu vivrais comme un rat, toujours fermé dedans et dans le noir c'est sûr que s'il n'avait tenu qu'a toi , jamais tu n'aurais étrenné ta nouvelle culotte corsaire avec une jambe de chaque couleur qui te vont si bien et sont du meilleur effet !
Noré -  En effet!  et pas plus de mes chemises avec des fleurs, des úillets, roses et de toutes les guirlandes de genet bleu!
Quima - Mais c' est la mode foutu "nigaud" l
Noré - C'est la mode et tout est dit ! elle a les épaules large la mode! Elle en a  des responsabilités la mode....!
C'est pour être à la mode que si je me souviens bien, tu m'as dit: Noré fils, nous avons besoin de respirer un air pur, avec toutes cette pollution, il devient nécessaire, d'aller faire du "campinge" car il n'y a rien de mieux!
Maintenant, j'en ai soupé du "campinge," Tu peux me croire Quima, maintenant nous sommes même des "fana" du caminge! et même bénis des cieux dans ce domaine!
Quima - Nous devons reconnaître qui nous avons pas eu de chance! S'il n' avait pas plu, il en aurait été autrement, c'est sûr!
Noré - Oui d'accord, mais regarde dans quel 'État nous revenons de vacances! épuisés, crevés,furieux et enrhumés!
Quima - Comment se douter, qu'il pleuvrait les quinze jours! et que tu n'étais pas foutu de monter correctement une tente de camping !
Noré - Quinze jours oui .....et quinze jours recroquevillés, mouillés, glacés, sous une tente à moitié montée, avec le risque à chaque coup de vent de la voir prendre son envol ! Crois moi que c'est long !
Quima - je veux, qu'ils ont été longs, ces quinze jours .....je ne suis pas prêt de les oublier.! Quelle déception !
Noré - Tu sais je suis dégoûté des sardines à l'huile, du thon à la tomate et des "biscuits secs! (il éternue) et en plus je crois que j'ai attrapé la crève!
Quima - Pour moi c'est pareil, ces deux semaines de flotte, ne m'ont pas arrangé, ça m'a réveillé mes rhumatismes, je suis remplie de douleurs, jusqu'au nombril qui me fait mal !
Noré - 'est pas assez cher payé! pour des rêves de "campinge" ( il éternue)
Quima - Bon Noré assez ! c'est pas utile d'en rajouter en mettant le doigt là où ça fait mal! J'ai eu tors, c'est pas la peine de le répéter une centaine de milliers de fois! Je vais faire de la tisane et ce soir,je te mettrai un cataplasme de pommes de terre bouillies!
Noré - d'abord je vais prendre un bain de pied avec de l'eau salée, il n'y a rien de tel ! Quima - Tu as raison, mets y un trait de vinaigre,  on dit que c'est si bien!
Noré- Du vinaigre Non mais! Tu penses que je veux faire un salade de mes pieds?
(prend une bassine réservée pour les bains de pieds)
Tu sais Quima, nous avons un peu plus de vingt années ....peut être une autre fois.....?.
Quima -Une autre fois! mais mon pauvre , il n'y aura plus jamais une nouvelle fois!
A compter de ce jour, nous resterons à la maison, bien chouchoutés
Noré - bien dit ? chat échauder craint l'eau froide! (Il met une poudre dans l'eau de sa bassine) L'eau est chaude, Salons bien, car :"pour bain de pied bien salé, rhume commence à râler ! "
Quima - Surtout si le sel ,  est remplacé par de la farine de "Maizena" ! Pauvre de toi, tu t'es trompé de paquet! ....Je ne crois pas que la Maizena aura beaucoup d'effet sur ton rhume?
Noré Tu vois, tu vois bien...! avec ton "campinge", dans quel état j'en suis revenu, je déraille même un peu!
Quima- Pendant que tu te traites à la Maizena, je  vais chercher une pommade pour mes rhumatismes, et tu me frictionneras à mon retour! Maudite soit la pluie, l'humidité et les vacances!
Noré: -
La petite dame, trouvera  sûrement du marc dans le fond de la tasse de café! Ce sera encore elle qui sera à plaindre......elle est gonflée!
Quima - Noré, si tu veux la bagarre, dis le franchement, nous nous ferons voler quelques noms d'oiseaux à la figure et tout sera clarifié, et si ce n'est pas suffisant,nous finirons par quatre gifles pour bien nous soulager !
Noré- Quand je pense que ces deux semaines de pluie, m'ont coûté tout bien pesé , plus de quatre mille francs, j'en crois pas mes yeux ! ça fait cher le litre de l' eau tout ça...!
Quima - Écoute moi s'il te plait, prends ton bain de pieds tranquille, je ne suis pas en état de me disputer!

Scène 2 - NORE - QUIMA - JULIA
(on sonne à la porte)

Noré -Té et pourquoi pas plus tôt! nous venons juste d'arriver que nous voilà dérangés .. ENTREZ !
Quima - Cest Julia, entre Julia entre .... (entre Julia, une amie de Quima)
Quima -Tu tombes bien ma fille ! Nous venons juste d'arriver!
Julia- J'ai vu la porte entre-ouverte et j'ai pensé tiens Quima est arrivée je vais aller la saluer! I
Eh bien, comment cela s'est passé ? comment se sont passées les vacances de ces Messieurs dames?
Quima  Super ma chérie, ça ne pouvait pas aller mieux! Nous nous sommes régalés ! Nous nous sommes bien divertis ! mais hélas , quinze jours c'est trop vite passé!
(Noré tousse et éternue une nouvelle fois)
Julia - Mais il est enrhumé comme un chien le Noré
Quima - Ah oui ne m'en parle pas! il a pris froid quand il est allé voir un spectacle "son et lumière"! Si tu savais ça c'est quelque chose de beau! Mais malheureusement C'était en plein courant d'air.
Noré - (à voix basse) un son et lumière, un son et lumière ......! plutôt le tonnerre et les éclairs... oui!
Julia - Qu'est ce que tu dis Noré?
Quima - Il dit..... qu'il était si bien, qu'il a trouvé cela trop bon!
Julia - Comme ça, vous vous êtes bien divertis ?
Quima - oh oui ma chérie! Ttu peux croire que oui !
Julia - Je ..qu'est ce que je voulais dire moi? Il est bien ce camps de vacances?

Quima - Je veux ...il est super ! Ils ont tout refait à neuf , tout les wc, piscine, douches...

Noré - Ah ça pour les douches nous n'avions pas de problème ....!
Julia - Vous n'aviez pas trop froid la nuit sous la tente?
Quima - Froid! mais que tu badines Julia ? Avec le temps qu'il faisait !
Noré - (moqueur) Un temps ....Tout ce qu'il y a de plus idéal
Quima - je te dis pas les promenades que nous faisions! C'est un très beau pays, il n'est pas comme le nôtre, mais il est agréable! surtout avec le soleil qu'il faisait!
Julia - Quand même,vous n'êtes pas trop bronzés ! Comment est ce possible?
Noré -Parce que nous recherchions l'ombre !
Quima - Tu sais que je prends des médicaments pour le coeur........ de ce fait et j'ai interdiction de me mettre au soleil.
Noré - En plus elle avait oublié son ombrelle à la maison!
Julia- Donc vous devez regretter qu'elles soient terminées?
Quima - Bien sûr! Tellement que si je m'écoutais.....je ... je repartirais là bas tout de suite.
Noré - Moi j'envisageais même de ne plus en partir!
Julia - Et la nuit vous alliez où ?
Quima - Mais nous allions à toutes le fêtes, bien sûr ? Nous allions dans les "dancinge" et nous dansions comme des fous!
Julia -Vous alliez danser ?? Vous dansiez ces nouvelles danses?
Noré- (toujours moqueur) y compris la danse les pieds mouillés que nous avons dansé! (il éternue)
Julia - La danse des pieds mouillés?
Quima- oh oui ma chérie qu'est ce que nous avons rigolé ! C' est une nouvelle danse que danse les jeunes.
Julia - vous saviez danser ça vous ... ?
Noré - La danse des pieds mouillés? Je pense bien que nous savions .....!  Nous étions même les meilleurs....  eh Quima ?
Quima - oh oui quels fou-rires nous prenions
Julia- Comment cela se danse t il ?
Noré - C' est simple, tu fais des sauts comme ceux qui ont froid aux pieds et tu utilises tes bras comme  ceux qui ont des puces dans le dos!
Julia- Pour manger, vous êtes bien débrouillés ? Je suis sûre que vous cuisiniez des petits plats bien mitonnés ?
Noré -  Nous mangions beaucoup .......beaucoup de poisson !
Julia - Là bas? il était sans doute moins cher le poisson?
Noré - une misère et du poisson frais!
Quima - Enfin, saches que nous avons passé des vacances comme beaucoup ne les passeront jamais !
Julia - Vous n'avez pas eu un jour de pluie?
Quima - Juste un jour, une ondée de rien! N'est ce pas Noré?
(Elle lui donne un coup de pied dans l'os de la jambe)
Noré - Aie! ........ Si si quatre gouttes de rien, juste de quoi enlever la poussière du printemps et rafraîchir l' atmosphère !
Julia- Eh bien, quelle chance! Ici il pleuvait comme vache qui pisse !
Quima - Voyez vous ça, comme le climat change! Il faisait tellement bon là-bas!
Julia - L'an prochain, vous allez y retourner n'est ce pas?
Quima- Pour sûr ! il me tarde déjà et Noré aussi (coup de pied) .
Noré - Aïe...... !oh oui ...voui.. voui ! Je souhaite y revenir, surtout pour retrouver les douches
Julia - Pourquoi Noré, juste pour les douches?
Quima - Tais toi Noré, laisse moi parler!......Juste parce que pour se doucher tu sors de la tente et tu as les douches juste à coté,! Tu te rends compte comme s'était pratique
Julia - Bien bien... parfait parfait ! Je vous laisse mon Felipe ne sait pas où je suis ! A bientôt, et toi Noré, essaye de guérir de ce refroidissement! ....je te conseille, un cataplasme de pommes de terre bouillies sur la poitrine, c'est très efficace!
Noré - Sûr ! Il n'y a rien comme les légumes à l'eau .... Pour..... que ça baigne à nouveau !
Quima - Au revoir Julia, je finirai de t'expliquer un autre moment où nous aurons plus de temps! Julia -C'est ça ! aller au revoir! (elle sort )
Quima - Si nous lui avions dit ça , elle aurait sauté de contentement cette hypocrite! Comme ça, elle en sera malade!
Noré - Je pense qu'en hypocrite, toi non plus tu n'as de leçon à recevoir de personne!
Quima - Mais tu n'as pas vu qu'elle sautait de joie, rien que de te voir enrhumé!
Noré - Je me demande, quel plaisir vous avez les femmes à toujours rendre jalouses et à irriter vos amies!
Tu es une belle garce ! Qu'en retires tu? Celle qui est trompée c'est toi!
Quima - Mais la plus malade de colère, ce sera elle!
Noré - Chance que les hommes, ne sont pas comme vous! (On Sonne à la porte)
Quima - Cette sotte, doit avoir oublié quelque chose! (Elle Ouvre)
Non, c' est ton ami Galdric !

scène  4     NORE -QUIMA- GALDRIC

Galdric - Alors Noré, comment s'est passé cette escapade?
Noré - Très bien Galdric ....Très bien !
Galdric - Tu as l' air fatigué?
Noré - Fatigué moi ? Tu veux rire? je suis en pleine forme! je suis revenu avec des années en moins!
Galdric - Alors tout s'est bien passé?
Quima - Ah oui Galdric Ah oui!
Noré - Je t'assure que ça c'est des vacances, un temps splendide, un soleil à fondre le goudron!
Le matin promenade, l'après-midi jeux de boules et la nuit, sortie vers toutes les fiestas,
Demande à Quima! mais viens donc avec moi je t'expliquerai tout ça en buvant un coup..... tu verras que j'en ai des tas à te raconter!
(ils sortent)

Scène 5  -  QUIMA ( seule)

Quima - Je croyais qu'il n'y avait que les femmes qui étaient des menteuses...!
Il faut croire que c'est un mal qui doit être contagieux!
Quel plaisir à mon Noré à faire jalouser Galdric?l

C'est pas très beau tout ça! Mais je vais les écouter, car en plus, je suis très curieuse...!!!


Ceci dit, je constate qu'aujourd'hui, tout le monde à son lot  de défauts... en plus de la jalousie et de l'orgueil !

Cela ne serait rien....... car hélas... le jour de la grande distribution certain en ont redemandé ...et on leur en a redonné... De ce fait, il ne faut pas s'étonner que notre monde aille de mal en pis

RIDEAU

Pere Guisset



retour debut de l' histoireretour haut de pageRetour au menu principal